Le Référencement à l'international (SEO)

Se référencer à l’international

Depuis les débuts du web et tout particulièrement depuis le développement du e-commerce, on entend très régulièrement parler de la chance incroyable que ce nouveau canal de vente représente pour les commerçants. Pensez donc ! Avec votre site de vente en ligne, finies les frontières ! A présent, depuis Perpignan, vous pouvez vendre vos produits partout, aussi bien dans l’Hexagone (et ses départements d’outre-mer), qu’au niveau européen et même mondial ! Cependant, on se rend bien vite compte que ce doux rêve tient davantage de la chimère. Il ne suffit pas d’avoir un site pour conquérir l’Allemagne, les Etats-Unis ou même la Chine ! De nombreuses problématiques complexes se posent et peuvent mettre un terme à un projet de référencement international ambitieux. Quels sont les difficultés liées à l’internationalisation du référencement naturel ?

Même quand Google domine, rien n’est simple

Commençons par un constat rassurant : dans la plupart des pays du monde, Google domine son marché. Ainsi, en 2015, à lui tout seul, le géant américain cumule 65,73% des recherches dans le monde. Les chiffres varient beaucoup d’un pays à l’autre, mais dans la majorité des cas, le moteur de recherche est numéro 1, le plus souvent de loin (93% en France). Ainsi, selon le pays du monde où vous voulez vous étendre, il est fort probable que les critères de pertinence pour apparaître en première page de Google soient les mêmes que ceux que vous connaissez déjà.

Cependant, même si l’on évolue en terrain connu, d’autres complications surgissent. La première est, comme on pouvait s’y attendre, la barrière de la langue. Conquérir un marché non francophone avec un site non traduit est voué à l’échec. Ainsi, il vous sera absolument nécessaire de prévoir une version de votre site adaptée au marché local. Plus qu’une traduction de votre site, l’idéal est une localisation, autrement dit : la création d’un site différent (structure, catégories, navigation, graphisme) qui s’adapte aux habitudes et aux standards du pays-cible et ce même si vous vous attaquez à un autre marché francophone tel que le Québec : même langue ne veut pas dire même culture ! La localisation est indispensable pour que vos prospects se sentent chez eux. Quant à la rédaction et la traduction de votre contenu, confiez-la de préférence à un locuteur natif ou au moins à une personne dont les compétences dans la langue en question sont très élevées. Un site mal rédigé n’inspirera pas confiance aux visiteurs.

De même, pour que votre site soit bien positionné et reçoive des visites, comme partout ailleurs, il faudra travailler à lui faire obtenir des liens externes. Encore une fois, cela ne peut se faire sans un locuteur natif, qui saura vous inscrire dans les annuaires du pays que vous ciblez, chercher des sites et des blogs sur lesquels il sera possible de faire apparaître votre site, rédiger des descriptions, contacter d’éventuels partenaires, etc. D’un point de vue plus technique, il est préférable de développer un nouveau site, avec son propre nom de domaine. Principal avantage : vous pourrez l’héberger où vous le souhaitez.

Il est plus intéressant d’être présent physiquement dans le pays-cible car Google saura où se trouve votre site, en déduira quel public est visé et cela influencera votre positionnement sur les différentes versions du moteur de recherche. Créer un site à part permettra également de bien compartimenter chaque version, ainsi, les moteurs et les utilisateurs n’auront aucune difficulté à identifier la version qui leur est consacrée de celle qui ne les concerne pas. De même, quand vous devez choisir l’extension, choisissez celui du pays : .de (Allemagne), .cn (Chine), .ca (Canada), .co.nz (Nouvelle-Zélande), etc.

Enfin, n’oubliez pas les questions liées à l’exportation : frais de port, législation, habitudes d’achats, bref : faites une véritable étude de marché.

Autres moteurs, autres règles

A toutes les problématiques soulevées ci-dessus peuvent s’ajouter bien d’autres complications. Google ne règne pas en maître incontesté partout dans le monde. Dans certains pays, il doit partager son marché avec des concurrents sérieux. Par exemple, en Russie, il doit composer avec le concurrent national : Yandex. Il en va de même en République Tchèque, où Seznam.cz représente une sérieuse concurrence. En Corée du Sud, même, c’est un moteur local qui domine le marché : Naver, avec 49,75% des recherches.

Cependant, le cas le plus fameux reste celui de Baidu, le moteur de recherche numéro 1 en Chine, qu’il est indispensable de maîtriser pour se développer sur le web chinois car il est utilisé par une très large majorité de la population. Même quand Google est le leader du marché, n’oubliez pas que faire l’impasse sur un moteur local populaire revient à vous couper d’une partie importante des internautes, alors ne les négligez pas ! Si vous voulez être présents sur les moteurs locaux, vous allez devoir jouer selon leurs règles. Cela veut donc dire que l’optimisation de votre site pour le référencement ne se fera pas de la même façon que sur Google.

Chaque moteur a ses propres règles, ses propres critères de pertinence et… ses propres outils ! Vouloir se référencer dans certains pays implique de réapprendre les règles du référencement naturel, ce qui s’avère passionnant pour le référenceur, mais frustrant pour le commerçant qui commençait juste à maîtriser Google Analytics. C’est pour cela que faire appel à une agence de référencement international comme Vu du Web vous épargnera bien des peines. Vous n’aurez qu’à vous occuper de vos ventes, l’agence s’occupera de vous amener en première page et n’hésitera pas à se lancer sur un moteur qu’elle ne connaissait jusqu’alors pas du tout si vous lui demandez.

Conclusion : le web international, lointain, mais accessible

Les défis à relever en se lançant à l’international sont nombreux, mais il ne faut pas renoncer à se lancer. Le succès de votre boutique en ligne dépendra bien plus de votre offre et de la culture à laquelle vous vous attaquez. Avant toute chose, comme nous vous le disions, faites une étude de marché : votre produit a-t-il de l’avenir dans le pays qui vous intéresse ? Est-il d’usage, là-bas, d’acheter en ligne le type de produits que vous proposez ? Plus que la langue ou le moteur de recherche, c’est du réalisme de vos objectifs que dépendra votre succès car même en étant numéro 1, si personne n’achète vos produits, votre site ne sera pas rentable. Si vous pensez que votre projet a de l’avenir et que vous lancer dans un projet complexe mais passionnant ne vous fait pas peur, l’aventure du référencement international vous tend les bras.