Les résultats de recherche sur Google

Zoom sur les résultats de recherche de Google

Donner des réponses aux internautes est la principale mission des moteurs de recherche. Cependant, il n’est pas forcément aisé de fournir à l’utilisateur ce qu’il recherche. Au-delà des algorithmes de pertinence, les moteurs se doivent de trouver de nouvelles façons d’apporter immédiatement ce qu’il veut à l’utilisateur. Savoir rendre service à l’internaute est la meilleure façon de le fidéliser. A ce niveau, Google, toujours lui, a réussi à trouver de très nombreuses solutions pour donner toujours plus vite ce qu’il souhaite à l’internaute.

Comment Google a-t-il adapté ses résultats de recherche ? Comment cela affecte-t-il les campagnes de référencement naturel ?

Les résultats de recherche sur Google : ce que veulent les utilisateurs

Les résultats de recherche de Google, également appelés SERP (Search Engine Results Page, soit : page de résultats du moteur de recherche), ne sont plus une simple liste de résultats naturels depuis longtemps. En effet, pour la plupart des requêtes, Google propose de nombreux autres blocs pour permettre à l’utilisateur de trouver ce qu’il cherche. Ainsi, pour la recherche « Radiateurs » :

radiateur

On retrouve d’une part plusieurs résultats avec « Annonce » sur fond jaune. Cela correspond aux liens sponsorisés (ce qu’on appelle aussi le référencement payant) : les propriétaires de ces sites payent pour apparaître au-dessus des résultats de recherche ou sur la colonne à droite, au-dessus de laquelle on retrouve les résultats de Google Shopping, avec des liens pointant directement sur les pages produits des sites qui figurent dans ce bloc. En bas, on retrouve les images, au cas où l’utilisateur soit à la recherche d’une photo de radiateur, puis encore d’autres résultats naturels en-dessous (coupés sur la capture d’écran). L’objectif de Google est la satisfaction de l’internaute : quoi que recherche l’utilisateur, il le trouvera en un clin d’œil, sans même avoir besoin de juger de la pertinence des résultats naturels !

De même, les résultats s’adaptent à la recherche locale. Ainsi, rechercher une pizzeria à Montpellier donnera des résultats spécifiques :

pizzeria-montpellier

On remarque que sous les deux premiers résultats naturels apparaissent trois pizzerias locales dans un bloc dédié. Cliquer sur « Plus de résultats… » conduit à une page listant de nombreux établissements. Il est à noter que ce bloc est nouveau et qu’il n’est apparu qu’en mai 2015. Auparavant, les recherches locales donnaient des résultats différents. Cela ressemble énormément à la mise en place de la mise à jour Pigeon, qui jusque-là n’avait pas été lancée chez nous. Pour l’instant, Google n’a fait aucun commentaire.

Google, moteur de réponses

Dans le cas où l’on recherche plutôt un nom de personne ou de lieu, Google s’efforcera de donner directement des informations sur ce que l’on cherche. Après tout, si l’utilisateur cherche un nom de personnalité, il est peut-être à la recherche d’une information très basique le concernant, comme sa date de naissance, de mort ou tout simplement de qui il s’agit. Pour une meilleure satisfaction de l’utilisateur, Google propose donc automatiquement les informations principales les concernant. Ainsi, celui qui se pose une question sur Winston Churchill trouvera sans doute la réponse à sa question sans même avoir à chercher dans les résultats de recherche, rendant ainsi le moteur plus efficace pour trouver des informations.

knowledge-graph

Ces informations sont issues du Knowledge Graph de Google, une base de données sur des millions de thèmes différents ainsi que les relations entre ces différentes entités (d’où les autres personnalités de la Seconde Guerre mondiale proposées dans les recherches associées), issues de nombreuses sources, comme Wikipédia.

Pour plus d’efficacité, grâce à son Knowledge Graph, Google va jusqu’à répondre directement aux questions des internautes. Ainsi, demander comment est mort Winston Churchill ou même simplement rechercher « mort winston churchill » vous permettra d’avoir une réponse immédiate.

avc-winston-churchill

Cela fonctionne aussi si par exemple vous demandez la date ou le lieu de la mort de Churchill. Aujourd’hui, poser directement une question à Google conduira très souvent à ce type de résultats. Demander la population d’un pays, qui a peint tel ou tel tableau, qui a réalisé tel ou tel film, la distance entre la Terre et le Soleil… autant de questions qui ne nécessitent plus de cliquer pour avoir leur réponse.

C’est cela qui fait qu’aujourd’hui, Google n’est plus seulement qualifié de moteur de recherche, mais aussi de moteur de réponse.

Les résultats de recherche et le référencement naturel

Comme on peut s’y attendre, ce qui peut apparaître en plus des résultats naturels de Google a forcément un impact sur votre stratégie de référencement.

Si l’on reprend l’exemple des radiateurs, la première chose que l’on remarque est le peu de place accordé aux résultats naturels par tous ces blocs. Si vous comptez sur le référencement pour attirer du trafic sur votre site, votre concurrence s’étendra aux images, aux liens sponsorisés et à Google Shopping. Il est donc difficile, même en étant en première page, de se faire voir. D’ailleurs, sur certaines recherches, du fait de tous ces blocs qui s’accumulent, le nombre de résultats naturels  passe en-dessous de 10, rendant la concurrence encore plus rude ! Mais alors que faire en attendant que votre stratégie vous ait amené à la première position ?

Heureusement, tous les utilisateurs n’emploient pas le mot-clef « radiateur » pour trouver de quoi se chauffer ! En réalité, il existe de très nombreuses requêtes, peu recherchées, mais qui cumulées, peuvent représenter un volume de recherche supérieur aux mots-clefs populaires. Ainsi, même en étant absent sur une requête tapée 10 000 fois par mois, si vous êtes correctement positionné sur 1000 requêtes tapées 10 fois par mois, vous compensez totalement ! L’autre avantage est que puisque ces requêtes représentent un faible volume de recherche, on y retrouvera moins de liens sponsorisés. De plus, puisque moins populaires, elles sont moins concurrentielles !

Bien entendu, l’idéal est d’être présent à la fois sur les grandes requêtes et sur la longue traîne ; c’est le métier de Vu du Web de vous aider à atteindre cet objectif !

Le Knowledge Graph et les stratégies éditoriales

Le Knowledge Graph peut également être un frein à certaines stratégies éditoriales. Attirer du trafic sur son site peut par exemple passer par la création de nombreux articles qui répondent aux questions des internautes. Cela permet de se placer sur de nombreuses requêtes (comme expliqué plus haut, c’est un avantage clef), tout en faisant connaître sa marque.

Supposons par exemple que vous vendiez du matériel d’astronomie, tels que des télescopes. Vous avez du mal à vous positionner sur télescope (18 100 recherches mensuelles sans l’accent), mais vous vous dites qu’en rajoutant un blog sur l’astronomie à votre site, il sera plus facile d’apparaître en première page de Google. Votre but : proposer des articles complets sur des sujets variés concernant l’univers et son observation. Ainsi, les gens qui chercheront des informations et donc qui s’intéressent à l’astronomie trouveront votre site en cherchant des informations sur Google et, peut-être, en profiteront pour regarder vos produits.

Vous décidez donc de mobiliser toutes vos connaissances d’expert pour écrire un article sur l’étoile la plus proche du système solaire : Proxima Centauri (390 recherches mensuelles) : comment elle a été découverte, ses caractéristiques, quand et comment l’observer, etc. Votre article est long, très bien sourcé, illustré, il est bien meilleur que celui de Wikipédia. Vous le publiez sur votre blog. Malheureusement, rien ne vous assure que vous attirerez beaucoup de visites car…

proxima-du-centaure

…Google propose directement de nombreuses informations ! En-dessous du premier résultat se trouvent de nombreuses images qui poussent votre site vers le bas si vous n’êtes pas premier, et donc vous éloignent du regard de l’utilisateur. Mais le pire pour votre stratégie est le Knowledge Graph, qui propose immédiatement les principales informations concernant Proxima Centauri. Après avoir trouvé cela, l’utilisateur voudra-t-il encore en savoir plus ? Même en admettant que vous ayez réussi à dépasser Wikipédia (ce qui est extrêmement difficile), l’utilisateur n’aura même pas besoin de regarder les résultats naturels pour savoir ce qu’il veut, ce qui se traduira par beaucoup de moins trafic pour vous, alors que vous êtes numéro 1 ! Pour ces raisons, les stratégies éditoriales sur Google deviennent de plus en plus compliquées.

Conclusion : savoir s’adapter aux SERP de Google

En bref, les résultats de Google sont devenus extrêmement concurrentiels et complexes. Cela se comprend : d’une part, Google se doit bien de rentabiliser son activité avec de la publicité (les liens sponsorisés) et d’autre part, il est normal qu’il propose des réponses toujours plus rapidement avec le Knowledge Graph car ainsi, il rend véritablement service à l’utilisateur.

Google ne travaille pas pour les entreprises qui tentent tant bien que mal d’arriver en première page,mais bel et bien pour lui-même. Et pour cela, il doit se mettre au service de ses utilisateurs et les fidéliser avec une recherche toujours plus performante et efficace. Les choses ne se simplifieront jamais. Il n’y a qu’une seule chose à faire : savoir s’adapter et développer au mieux sa présence sur de nombreuses requêtes (aussi bien populaires que de longue traîne), afin d’arriver à la première position, qui reste en dépit de tout, une place de choix et un atout clef pour réussir à rentabiliser son activité en ligne !