Google AMP

Quelques éclairages sur L’AMP

  • Date : 09 Fév 2016
  • -Auteur : Frédéric LAUDET
  • -Catégorie : Actualités du Web
  • Votre vote :
    1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)
09 Fév 2016

Dans quelques jours, Google commencera l’affichage des pages « AMP » dans son moteur de recherche.

Quel que soit le type de connexion du support mobile utilisé, la lenteur d’affichage des images, et surtout des vidéos, est parfois source d’agacement pour l’internaute au point de devenir répulsif dans certain cas. Aussi, il y a quelques temps, la communauté a lancé un nouveau framework baptisé AMP HTML, sous License Apache, AMP demeurant la contraction d’Accelerated Mobile Pages.
Comme son nom l’indique – même si vous ne maîtrisez pas la langue de Shakespeare – l’AMP est une technique destinée à accélérer le chargement des pages web sur les supports mobiles, et donc l’expérience utilisateur.

Le principe de l’AMP repose sur trois approches

– L’utilisation du AMP HTML : une variante du HTML 5 complété ou transformé par des balises spécifiques auxquelles s’ajoutent des « composants » destinés à l’insertion de médias sous plusieurs formes
(un carrousel, des animations…) et depuis plusieurs sources (notamment depuis les réseaux sociaux).

– L’utilisation d’une librairie javascript spécifique (AMP JS Library) mais toutefois exclusive pour assurer le rendu de l’information.

– Et, en option, l’utilisation d’un CDN, un serveur adapté (et souvent géolocalisé), qui va délivrer les ressources adéquates au navigateur et gérer leur priorité (seule les ressources utiles à un instant donné seront chargées).

Projet Google

En Octobre dernier, Google s’est emparé du projet AMP dans le but plus ou moins officieux de fructifier encore plus ses revenus : le ralentissement de l’affichage dû à l’insertion publicitaire est en effet encore dissuasif pour les utilisateurs qui quittent alors le site avant d’avoir pu « prendre connaissance » des annonces. En ce début d’année 2016, plusieurs grands sites se sont déjà prêtés à l’expérience (tels ceux du « New York Times », du « Guardian ») avec comme résultat, un net progrès sur les temps de chargement.
Il est désormais possible à tous d’implémenter et de tester ses pages sur la « search console » de Google (laquelle, toutefois, n’est pas encore complètement fonctionnelle). Les sites d’actualités sont principalement visés, mais on peut s’attendre à une application rapide sur n’importe quel type de site concerné par des problèmes de chargement de contenus statiques. Drupal et tout récemment WordPress proposent leur extension pour adapter automatiquement les sites au bon format.

AMP ou pas AMP

Le déploiement de l’AMP prend une autre dimension en ce mois de février. Le « Google News Lab »terminera de publier sa série de vidéo sur le sujet entamée fin janvier, et surtout, on s’attend à l’indexation des sites en AMP-HTML. La question qui brûle désormais toutes les lèvres est : les sites « AMP-friendly » seront-ils privilégiés dans le positionnement par rapport aux autres? En toute logique, il y a fort à parier que le critère de vitesse de chargement prendra beaucoup de valeur ces prochaines semaines sur les pages de résultats de Google destinées aux mobiles.
Il existe toutefois d’autres techniques pour accélérer le chargement des ressources statiques (l’utilisation pertinente d’un CDN n’est pas nouvelle et fonctionne à merveille), et ce d’autant plus que la technologie AMP est encore assez limitée en ne se prêtant qu’à des cas de figure bien particuliers.
Alors, AMP ou pas AMP, quoiqu’il en soit, la question de l’optimisation du chargement doit être prise à bras le corps dans tout projet web destinés à un support mobile.

Share Button